Le Mémorial du 25e RI
 
Lettre d'info
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
110 Abonnés
 ↑
Monuments de la ville
 ↑
Commémorations
 ↑
Communications
 ↑
Albums

La Nécropole sous la neige de Dominique Jacquemart

 ↑
Voyages du Souvenir
Les Hymnes
 ↑
Nous contacter
Calendrier
 ↑
Visites

 284943 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

 ↑
Traduire le site
 ↑
Communications - Cimetière du Bois de Broue à Pont-de-Loup
 Situé à la limite de la commune de Roselies, ses sept gradins de tombes, déployées en éventail, s’étalaient largement en amphithéâtre au flanc du bois, face à Châtelet. Des murs bas et épais, en moellons roux, limitaient les étages. C’était, si l’on peut dire, un beau cimetière.

 


Tout au faîte se dressait un monument de section carrée (photo). Sa face avant, formée d’une seule pierre, taillée en haut-relief, représentait une femme au visage calme et impavide, vêtue d’une robe, simple et droite, tombant jusqu’aux pieds. Ses bras, repliés sur la poitrine, appuyaient leur main sur le pommeau d’une longue épée, debout dans l’axe du sujet. Sans aucun doute, symbole des vertus guerrières, elle personnifiait une Walkirie veillant sur les héros. Sur la face latérale était gravée une inscription, en allemand, exaltant le suprême sacrifice consenti à la Patrie par ceux que le sort avait couchés là. Traduite en français, elle se répétait sur la face opposée.

La partie du socle circulaire débordant l’édicule formait un banc invitant alors sur une vaste étendue, lumineux et verdoyant, qu’on appelle la Basse-Campagne.

Dans la partie gauche du cimetière, un petit monolithe formait le centre d’une fosse dans laquelle 20 Zouaves reposaient sous l’ombrage de quelques cyprès.

03942b6ee109ff88f7b7f6e2c00979a1.jpgUne croix latine, très haute et en bois, visible de loin, marquait l’entrée du cimetière à la rue d’Aiseau. Par un escalier en moellons on descendait dans le pré, en contre-bas de la route, où une allée droite, bordée d’arbustes conduisait alors à la première rangée de tombes.

Sa superficie ? Environ 15 ares. On y enterra 141 soldats français dont 110 inconnus et 108 soldats allemands dont 17 inconnus.

Le dénombrement des tombes françaises donnait :

·       80 hommes du 1er Zouaves

·       41 hommes du 36ème R.I.

·       11 hommes du 25ème R.I.

·       2 hommes du 129ème R.I.

·       1 tirailleur algérien

·       2 soldats du 39ème R.I.

·       et 7 hommes sans mention de régiment.

Parmi les inconnus se trouvaient quelques officiers.

Les tombes allemandes se répartissaient comme suit :

·       18 tombes pour le 91ème

·       50 tombes pour le 74ème

·       8 tombes pour le 78ème

·       7 tombes pour 73ème

·       1 tombe pour le 79ème

Appartenant à d’autres régiments ou sans numéro de régiment : 24 tombes dont celles de 3 artilleurs et d’un cavalier du 17ème Hussards.

Dans le carré réservé aux officiers on lisait :

·       von During, Colonel du 74ème I.R., tué à Gerpinnes et ramené au Bois de Broue,

·       Karponski Herman, Capitaine de la 5ème Compagnie du 91ème I.R.

Excepté von During, tous ces morts provenaient des fosses des communes de Pont-de-Loup, de Presles et de quelques-unes de Châtelet.

L’entretien des tombes fut confié à Mr Emile Goossens, de l’origine à la désaffectation. Vers 1923, on procéda à l’exhumation des Français que l’on transféra à la Belle-Motte. Pendant les fouilles, l’activité du service des identifications ne fut pas couronnée de succès, loin s’en faut. Pis, des tombes individuelles répertoriées ne contenaient pas de cadavre.

Commentaires

Bonjour à tous !
Attention il s'agit du Capitaine Hermann KARPOWSKI et non KARPONSKI, tué à l'embranchement des rues de la Justice et de Namur à Châtelet suite au bombardement français sur la ville( ce sont les canons français qui ont incendié les maisons de Châtelet et non les canons allemands comme quoi une légende est tenace!) Il a été inhumé au cimetière du Château d'eau à Châtelet (Wasserturm). 
Quant à l'Oberst Karl von DURING il a été tué à la corne ouest du Bois des Faisans (Ouest du château de Presles) le 22 août vers 13h et son corps fut inhumé à Gerpinnes. Son dernier message avant de mourir : "Toujours les mitrailleuses en avant"
Bien à vous !
M. Houyoux - Beaumont

Ecrit par : HOUYOUX | 04/04/2008

Merci mon Cher Marcel pour cette correction et ce complément d'informations pour que l'Histoire ne s'oublie pas. Amitiés.

Ecrit par : Daniel Tilmant | 04/04/2008

Bonjour les amis Wallons. Et bravo pour votre belle constance dans le culte du souvenir. Je termine un autre ouvrage sur la Grande Guerre.
Kenavo
Roger LAOUENAN (Lannion - 22)

Ecrit par : Laouénan | 05/04/2008


Date de création : 20/12/2010 @ 11:44
Dernière modification : 20/12/2010 @ 11:44
Catégorie : Communications

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^