Le Mémorial du 25e RI
 
Lettre d'info
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
110 Abonnés
 ↑
Monuments de la ville
 ↑
Commémorations
 ↑
Communications
 ↑
Albums

La Nécropole sous la neige de Dominique Jacquemart

 ↑
Voyages du Souvenir
 ↑
Les Hymnes
 ↑
Nous contacter
Calendrier
 ↑
Visites

 273273 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

 ↑
Traduire le site
 ↑
Bibliographie - Publication : Charleroi, 21-23 août 1914
Charleroi
21-23 août 1914
 
La bataille de Charleroi n’est ni Verdun, ni la Somme. Elle est comme effacée de la mémoire par la longue guerre des tranchées qui l’a suivie. Elle n’est pas non plus la Marne qui lui ressemble tant : chaleur d’été, pantalons garance et casque à Couverture.jpgpointe, guerre de mouvement et milliers de morts en quelques jours. La marne est une victoire quand Charleroi est une défaite. La Marne sauve Paris quand Charleroi est perdue dans la lointaine Belgique. Comme un nouveau Sedan, elle ouvre la voie à l’invasion allemande et scelle définitivement l’issue de la bataille des frontières ou Allemands et Français s’affrontent pour la première fois de la guerre de l’Alsace aux Ardennes. C’est pourtant là que l’histoire de la violence guerrière du XXe siècle commence ce vendredi 21 août 1914. Par le hasard de la rencontre et la faiblesse des renseignements, la IIe armée allemande commandée par le Generaloberst von Bülow accroche la 5e armée française du général Lanrezac sur les rives de la Sambre. Une bataille de trois jours s’engage, ni prévue, ni anticipée. Soldats allemands, français et belges s’affrontent dans des combats qui aboutissent à la mort d’au moins 20.000 d’entre eux et au recul de l’armée française à l’intérieur de ses frontières.
Récipiendaires
 
Ce 21 août 1914, l’armée française, qui a gardé ses uniformes, ses armements et se tactiques héritées de 1870, se trouve balayée par la puissance de feu du XXe siècle de l’armée allemande. Les Allemands démontrent alors leur supériorité tactique, notamment quant à leur méthode de progression systématique et en matière d’emploi de mitrailleuses, et leur supériorité matérielle avec une artillerie lourde qui apparaît omniprésente.
 
Alors que le général Joffre exige de poursuivre les combats, le général Lanrezac ordonne la retraite ai bon moment. Ses troupes lourdement malmenées gardent une bonne discipline et retraitent en bon ordre malgré des conditions de ravitaillement très aléatoires. La bataille de Charleroi signe le baptême du feu pour des milliers de soldats français qui, à peine mobilisés, engoncés dans leurs uniformes rouges hérités du XIXe siècle, vont connaître une journée meurtrière. Les terribles pertes de l’Armée Française signent le fiasco de la stratégie offensive mise en place par les généraux français.
 
Biographie des auteurs
Docteur en histoire, Emmanuel Saint Fuscien enseigne à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il est l’auteur de A vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre.

Damien Baldin est chargé d’enseignement à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales sur la Première Guerre mondiale.
 
Détails du produit
·       Broché
·       Editeur : Tallandier (6 septembre 2012)
·       Collection : L'HISTOIRE
·       Langue : Français
·       224 pages ; 20 x 13 cm
·       ISBN-10: 2847347399
·       ISBN-13: 978-2847347395
 
Date de publication sur le site : 14.09.2012

Date de création : 04/05/2017 @ 18:19
Dernière modification : 04/05/2017 @ 18:19
Catégorie : Bibliographie

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^