Le Mémorial du 25e RI
 
Lettre d'info
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
111 Abonnés
 ↑
Monuments de la ville
 ↑
Commémorations
 ↑
Communications
 ↑
Albums

La Nécropole sous la neige de Dominique Jacquemart

 ↑
Voyages du Souvenir
Les Hymnes
 ↑
Nous contacter
 ↑
Calendrier
 ↑
Visites

 739232 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

 ↑
Traduire le site
 ↑
Actualité

Le C.R.S. à Cherbourg - par Jean MICHEL le 08/11/2016 @ 08:30

Le Comité Royal du Souvenir de Le Roux s’est incliné au Carré militaire belge de Cherbourg.

Dans la tradition, depuis le 25 octobre 1919, le Souvenir Français se mobilise, afin de rappeler au plus grand nombre des concitoyens, de fleurir les tombes de ceux qui sont morts pour la France.
Chaque 1er ou 2 Novembre, une cérémonie à lieu dans chaque commune à la mémoire et à la glorification des Généraux morts pour la patrie, organisé par la Municipalité, avec le discours des Autorités Civiles et Militaires.

Chapelle_Militaire.jpg


A l’issue de la messe à la chapelle des Armées, dans l’enceinte de l’ancien hôpital Maritime célébrée par le père Colas, qui a accueilli les délégations avec leurs drapeaux, avec sympathie, chaleur et considération, nous nous sommes rendus au Monument du Souvenir Français au cimetière St-Martin à Octeville, où nous serons tous remerciés, de notre présence à cette commémoration car elle témoigne de l’intérêt que nous portons aux traditions Françaises en se trouvant à leurs côtés.

Cortege_Octeville.jpg

Octeville.jpg


Durant la minute de silence, nous aurons une pensée pour les victimes civiles et militaires de toutes les guerres qui ont endeuillé notre pays. Nous y associerons également les victimes civiles des lâches attentats perpétrés sur notre territoire, ainsi que ceux qui ont touché Bruxelles en mars.
En ce 1er novembre 2016, il appartiendra à chacun d’entre nous, de mettre à l’honneur Francis Simon, Président du Comité du Souvenir Français de Rennes, qui le 26 novembre 1916, proposa de créer une tombe du Soldat Inconnu, afin de rendre hommage à tous les soldats disparus anonymement durant les combats des trois premiers mois de la guerre. A nous le souvenir, à eux l’immortalité.
Il y sera ensuite effectué un dépôt de gerbes, la sonnerie ‘’Aux Morts’’, la minute de silence et l’hymne National Français, qui clôtureront cette première partie de la cérémonie.
Nous nous rendrons ensuite au cimetière des Aiguillons à Cherbourg, pour honorer les tombes des Français morts pour la France, où reposent un certain nombre de soldats de la première guerre mondiale, de la seconde guerre mondiale, de la guerre d’Indochine et de la guerre d’Algérie, dont une majorité de Français (581) et parmi eux, 94 marins. Mais des tombes de soldats belges (62), britanniques et du Commonwealth (86), portugais (1) et serbes (2) y sont également recensées. Avec environ 700 tombes, il s’agit du plus grand cimetière militaire inséré dans un cimetière civil français.

Cherbourg_02.jpg


Le Président du comité Cherbourgeois, Jean-Claude Hamel tiendra à remercier les camarades Belges ici présents, qui font un énorme travail pour le maintien de la mémoire des tombes des soldats Français qui sont tombes en Août 1914 en Belgique, les amis du Souvenir Royal de Le Roux, qui maintient en état parfait, une nécropole de 4000 soldats Français, ainsi que les camarades Britanniques avec qui ils entretiennent des relations très fraternelles.
Il fera ensuite référence, centenaire de la bataille de Verdun oblige, a la cérémonie de commémoration qui, en mai dernier, avait fait polémique après que des centaines de jeunes aient couru entre les tombes du cimetière de Douaumont. 
Peut-être que les poilus méritaient un hommage plus sobre, et qui, mieux que les poilus, auraient parlé des abominations de Verdun ?
Extrait d’un témoignage d’un poilu, qui était destiné a leurs proches :
‘’Ma chère mère… par quel miracle suis-je sorti de cet enfer ?.... nous sommes montés 1200, sommes redescendus 300….. Pourquoi suis-je un de ces 300 qui ont eu la chance de s’en tirer ? Pourtant j’aurais pu être tué 100 fois, et à chaque minute, pendant ces huit longs jours, j’ai cru ma dernière heure arrivée… Nous étions tous montés là-haut après avoir fait le sacrifice de notre vie, car nous ne pensions pas qu’il fut possible de se tirer d’une pareille fournaise…. A la souffrance morale de croire à chaque instant la mort nous surprendre, viennent s’ajouter les souffrances physiques… Huit jours à vivre au milieu d’un charnier humain, marchant sur nos camarades tombés la veille….. Nous portons dans le cœur, le deuil de tous nos camarades, tombés à Verdun du 5 au 12 mars…..
Est-ce un bonheur pour moi d’en être réchappé ? Je l’ignore…. Mais si je dois tomber plus tard, il eut été préférable que je reste là-bas…’’
L’auteur de ce texte succombera à ses blessures le 11 septembre 1916 six mois après avoir combattu à Verdun.
Un autre témoignage très émouvant évoquant la mort d’un poilu, écrit par un écrivain qui a combattu sur les champs de bataille, nous sera également lu.
A la cérémonie d’honneur que nous rendrons aux morts, il nous sera demandé d’avoir une pensée pour les 360 milles morts et blessés de Verdun, qui ont arrêté les allemands, alors que tout, dans les premiers jours, s’écroulait autour d’eux. Nous penserons aussi aux combattants de toutes les guerres, quel qu’en soient la date et le lieu.

Cherbourg_01.jpg


‘’Comprenons leur souffrance, leur solitude et leur effroi lors du moment ultime de la mort. Tous ces combattants nous ont légué le pays libre que nous connaissons. Sachons leur en être reconnaissants.’’
Il y sera ensuite effectué un dépôt de gerbes, la sonnerie ‘’Aux Morts’’, la minute de silence, les hymnes belges, britanniques et français.

Carre_militaire_belge.jpg


Les porte-drapeaux seront ensuite invités à guider l’audience vers différents carrés militaire belge ou monuments des soldats britanniques, des civils morts pour la France, de la chaloupe de la couronne et pour terminer, le monument aux morts des marins de l’Alabama (en mémoire du combat naval à Cherbourg (1864) entre l'Alabama et le Kearsarge et du naufrage du premier nommé) érigé en 1915 par le conseil municipal de Cherbourg, où seront rendus les derniers hommages qui clôtureront cette très belle cérémonie du Souvenir Français.



^ Haut ^