Le Mémorial du 25e RI
 
Lettre d'info
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
111 Abonnés
 ↑
Monuments de la ville
 ↑
Commémorations
 ↑
Communications
 ↑
Albums

La Nécropole sous la neige de Dominique Jacquemart

 ↑
Voyages du Souvenir
Les Hymnes
 ↑
Nous contacter
 ↑
Calendrier
 ↑
Visites

 739246 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

 ↑
Traduire le site
 ↑
Actualité

La Marguerite des prés - par Daniel TILMANT le 02/07/2016 @ 12:07

Le Comité Royal du Souvenir de Le Roux édite un nouveau badge commémoratif.

6_Badge_Comite.png

La Fleur du Front de l’Yser.

Ce que fut le Coquelicot pour les Britanniques, le Bleuet pour les Français, ce fût la Marguerite des prés pour les Belges.

1_Yser_14_18.png

Déjà en septembre 1914, juste après la Première Bataille de la Marne, il naquit l'idée auprès des soldats de choisir une fleur qui symboliserait leur sort.  Une fleur des champs de là qui repoussait à chaque fois dans la terre remuée des champs de bataille.

2_Amour_Patrie.png

Les Français choisirent le Bleuet dont la couleur était si proche de celle de la veste d'uniforme que portaient les militaires français au début de la guerre.  La couleur symbolisait la solidarité qui régnait entre les soldats au front.

Le Coquelicot rouge ('Poppy") devint la fleur des troupes britanniques.  En mai 1915, le médecin canadien John McRae écrivit le poème tellement connu "In Flanders Fields (the Poppies blow)..."

3_In_Flanders_Fields.png

Les Belges choisirent la Marguerite des prés (ou pâquerette) qui avec sa couleur blanche symbolisait aussi la paix.

Il semble qu'on l'ait oublié, mais les soldats à l'époque mettaient régulièrement des Marguerites des prés séchées "des bords de l'Yser' dans les lettres qu'ils envoyaient à la maison.  L'on imprimait aussi des cartes postales, avec la représentation d'une fleur ou les trois ensembles.

4_Trois_petites_fleurs.png

Une lettre d'un soldat à sa mère daté du 25 juillet 1916

Après la guerre, des invalides de guerre étaient employés pour la fabrication de ces fleurs en soie ou papier, qu'ils vendaient lors des journées de fêtes nationales respectives, parfois ensemble avec des cartes de vœux spéciales.  Les recettes servaient à les soutenir.

En Belgique, jusque dans les années cinquante, des Marguerites des champs étaient mis en vente au profit des victimes de guerre.

Dans le Commonwealth britannique, le Coquelicot rouge et communément connu et porté par tous dans la période autour du 11 novembre.  En France, beaucoup portent lors des fêtes nationales le Bleuet fait de papier.  En Belgique, la Marguerite des prés semble être oubliée.

5_Journee_de_la_Marguerite.png

Affiche annonçant "la journée de la marguerite des prés de l'Ancien Combattant",

le 19 mai 1946, journée de la vente nationale de la pâquerette.

Au moment où nous commémorons le centenaire de la Première Guerre Mondiale, l'heure est venue de remettre à l'honneur la Marguerite des prés. Dans la province du Limbourg sont déjà apparus des pin's en matière synthétique.  

L'initiative a été prise par le Comité Royal du Souvenir de créer des badges de la Marguerite des prés.  

6_Badge_Comite.png

Le diamètre est 32 mm, avec la fleur des prés et l’inscription « Comité Royal du Souvenir de Le Roux – Belle-Motte 2016 »  Portez la Marguerite des prés et montrez que les Belges n'ont pas oubliés leurs victimes de guerre, civiles et militaires. Ce nouveau badge est déjà disponible auprès des membres du C.R.S.

 

Sources historiques :

-) breuche.skynetblogs.be/archive/2015/07/31/ « Du sud au nord au Royaume de Belgique » ;

-) Custodia (Organe de la Fédération Royale Militaire à l'étranger).

D'après le Bulletin trimestriel année 66 - numéro 2 - juin 2015 - Walter Lelièvre, "Heemkring Ramscapple a/d Yser" 8600 Ramskapelle - Nieupoort.

-) "Het Ijzerfront" de Patrick Lagrou, éditions "De Lantaarn" ; ISBN: 978-94-6097-199-0

 

 

 



^ Haut ^