Le Mémorial du 25e RI
 
Lettre d'info
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
110 Abonnés
 ↑
Monuments de la ville
 ↑
Commémorations
 ↑
Communications
 ↑
Albums

La Nécropole sous la neige de Dominique Jacquemart

 ↑
Voyages du Souvenir
Les Hymnes
 ↑
Nous contacter
Calendrier
 ↑
Visites

 350761 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

 ↑
Traduire le site
 ↑
Actualité

Remises de la Médaille du Souvenir Français en marge des Cérémonies de Coat-Mallouen

Depuis 1919, le Comité Royal du Souvenir de Le Roux commémore le sacrifice des soldats tombés lors de la Bataille de la Sambre en août 1914. Le Comité participe, en outre au suivi de l’entretien des Nécropoles militaires de la Belle-Motte et d'Auvelais où reposent de nombreux soldats français du Xe Corps d’Armée.

Chaque année, dans le cadre des relations établies depuis 1987 entre la ville de Guingamp et les entités d' « entre Sambre et Meuse », les membres du C.R.S. avec quelques accompagnants se font un devoir de participer aux cérémonies du maquis de Coat-Mallouen à Plésidy et à Saint-Connan en Bretagne.

En ouverture du banquet servi à Senven-Lehart, trois responsables du Comité Royal du Souvenir de Le Roux ont reçu la médaille d'honneur du Souvenir Français et le diplôme des mains du Colonel Claude Michel, délégué général du SF pour le Royaume de Belgique et par le Médecin-Colonel Michel Docq, délégué général du SF des Côtes d’Armor. 

Sans_titre.jpg

Les trois récipiendaires du Comité Royal du Souvenir de Le Roux sont (de gauche à droite sur la photo) :

- Pierre Godenne, président, la médaille d’Argent du Souvenir Français,

- Marcel Dargent, bourgmestre honoraire, président d'honneur et responsable de l’ASBL centenaire 14-18 en val de Sambre, la médaille d’Argent du Souvenir Français,

- Daniel Tilmant, administrateur-délégué, la médaille de Vermeil avec Bélière Laurée du Souvenir Français.

 


La Marguerite des prés - par Daniel TILMANT le 02/07/2016 @ 12:07

Le Comité Royal du Souvenir de Le Roux édite un nouveau badge commémoratif.

6_Badge_Comite.png

La Fleur du Front de l’Yser.

Ce que fut le Coquelicot pour les Britanniques, le Bleuet pour les Français, ce fût la Marguerite des prés pour les Belges.

1_Yser_14_18.png

Déjà en septembre 1914, juste après la Première Bataille de la Marne, il naquit l'idée auprès des soldats de choisir une fleur qui symboliserait leur sort.  Une fleur des champs de là qui repoussait à chaque fois dans la terre remuée des champs de bataille.

2_Amour_Patrie.png

Les Français choisirent le Bleuet dont la couleur était si proche de celle de la veste d'uniforme que portaient les militaires français au début de la guerre.  La couleur symbolisait la solidarité qui régnait entre les soldats au front.

Le Coquelicot rouge ('Poppy") devint la fleur des troupes britanniques.  En mai 1915, le médecin canadien John McRae écrivit le poème tellement connu "In Flanders Fields (the Poppies blow)..."

3_In_Flanders_Fields.png

Les Belges choisirent la Marguerite des prés (ou pâquerette) qui avec sa couleur blanche symbolisait aussi la paix.

Il semble qu'on l'ait oublié, mais les soldats à l'époque mettaient régulièrement des Marguerites des prés séchées "des bords de l'Yser' dans les lettres qu'ils envoyaient à la maison.  L'on imprimait aussi des cartes postales, avec la représentation d'une fleur ou les trois ensembles.

4_Trois_petites_fleurs.png

Une lettre d'un soldat à sa mère daté du 25 juillet 1916

Après la guerre, des invalides de guerre étaient employés pour la fabrication de ces fleurs en soie ou papier, qu'ils vendaient lors des journées de fêtes nationales respectives, parfois ensemble avec des cartes de vœux spéciales.  Les recettes servaient à les soutenir.

En Belgique, jusque dans les années cinquante, des Marguerites des champs étaient mis en vente au profit des victimes de guerre.

Dans le Commonwealth britannique, le Coquelicot rouge et communément connu et porté par tous dans la période autour du 11 novembre.  En France, beaucoup portent lors des fêtes nationales le Bleuet fait de papier.  En Belgique, la Marguerite des prés semble être oubliée.

5_Journee_de_la_Marguerite.png

Affiche annonçant "la journée de la marguerite des prés de l'Ancien Combattant",

le 19 mai 1946, journée de la vente nationale de la pâquerette.

Au moment où nous commémorons le centenaire de la Première Guerre Mondiale, l'heure est venue de remettre à l'honneur la Marguerite des prés. Dans la province du Limbourg sont déjà apparus des pin's en matière synthétique.  

L'initiative a été prise par le Comité Royal du Souvenir de créer des badges de la Marguerite des prés.  

6_Badge_Comite.png

Le diamètre est 32 mm, avec la fleur des prés et l’inscription « Comité Royal du Souvenir de Le Roux – Belle-Motte 2016 »  Portez la Marguerite des prés et montrez que les Belges n'ont pas oubliés leurs victimes de guerre, civiles et militaires. Ce nouveau badge est déjà disponible auprès des membres du C.R.S.

 

Sources historiques :

-) breuche.skynetblogs.be/archive/2015/07/31/ « Du sud au nord au Royaume de Belgique » ;

-) Custodia (Organe de la Fédération Royale Militaire à l'étranger).

D'après le Bulletin trimestriel année 66 - numéro 2 - juin 2015 - Walter Lelièvre, "Heemkring Ramscapple a/d Yser" 8600 Ramskapelle - Nieupoort.

-) "Het Ijzerfront" de Patrick Lagrou, éditions "De Lantaarn" ; ISBN: 978-94-6097-199-0

 

 

 


Germain Bataille va marcher sur les pas de son grand-père Poilu.

 

L'histoire :

Tout commence en 2001, quand le Saintignais Germain Bataille revient de son séjour à Verdun : « J'ai été bouleversé parce que j'ai vu là-bas, et cela m'a donné envie d'en savoir plus sur le parcours de mon grand-père et de ses camarades de régiment partis pour le front, le 3 août 1914. »

À son retour, il consulte les archives départementales « où les premiers papiers que j'ai reçus me révèlent que mon grand-père était « un bon soldat très courageux au front depuis le début » et « brave au feu ». Ces appréciations m'ont secoué et surtout encouragé à poursuivre mes recherches. »

Né en 1890

Des archives départementales au Service historique de l'armée de terre à Vincennes (SHAT) où il s'est rendu, Germain Bataille en a appris beaucoup sur l'histoire d'Hippolyte Aubert, son grand-père né à Bolleville en 1890. « Il a commencé la guerre sur le front belge où il a participé à la bataille de Charleroi (22 et 23 août). Ensuite, il a combattu à la bataille de Guise, puis la bataille de la Marne où il a été blessé pour la première fois. »

AUBERT_Hippolyte.png

Hyppolite AUBERT, Soldat du 25è R.I. de Cherbourg.

 

Germain Bataille poursuit : « En un peu plus d'un mois, du 15 août au 21 septembre, mon grand-père et ses camarades ont parcouru 650 km à pied, chargés comme des mules, sous une forte chaleur, dans une tenue inappropriée et les Allemands aux fesses ! »

650 km à pied

Le périple ne s'arrête pourtant pas là : « Il a participé à la bataille de Roclincourt et du Labyrhinte près d'Arras. » Puis Hippolyte Aubert change de régiment et va combattre en Argonne où de violents combats éclatent dans le bois de la Gruerie. « Il sera blessé pour la seconde fois et subira les gaz au ravin de la Houyette. Puis ce sera la dure épreuve de la butte du Mort-Homme où sa compagnie sera décimée, et un petit séjour par Verdun. »

Ensuite, le soldat Aubert se retrouve dans la Somme et au chemin des Dames. Il finit la guerre dans l'est de la France où il est blessé, pour la 3e fois. « Après la signature de l'armistice, il part en Allemagne, la Sarre pour éviter tout retour de l'ennemi. »

Un parcours en zigzag que Germain Bataille s'apprête à refaire en partie, d'ici quelque mois, à pied, « soit 650 km d'Attigny, dans les Ardennes, à Charleroi, et de Charleroi à la bataille de la Marne. C'est très émouvant, un siècle après, de mettre ses yeux dans les pas de son grand-père. Mais moi, je n'aurai ni le bruit des canons, ni le sifflement des balles. C'est pour moi un devoir de profond respect et de grand merci que j'ai envers tous ces hommes de toutes origines comme les tirailleurs sénégalais. »

BATAILLE_Germain.png

Monsieur Germain BATAILLE sera accueilli en val de Sambre les 11 & 12 juillet 2016.

 

De ses recherches, il ne reste plus que la partie allemande à découvrir. 

Monsieur Germain BATAILLE sera de passage en val de Sambre les 11 et 12 juillet. Le Comité Royal du Souvenir aura l’occasion, non seulement d’accueillir mais également, de lui offrir le gîte et l’hospitalité durant deux journées. Ce sera également l’occasion de lui faire visiter les différents lieux de mémoire de notre région, là où son grand-père est passé.

Le mardi 12 juillet à 16 hr, une cérémonie spécifique sera organisée au cimetière militaire de la Belle-Motte. Dans ce cadre, nous serions particulièrement honorés si les élus de nos deux communes d’Aiseau-Presles et de Fosses-la-Ville, la population et nos amis internautes pouvaient se joindre à lui, avec nous, pour rendre hommage aux soldats du 25e R.I. tombés aux combats dans nos rues, nos campagnes et nos villages.

 


La Ferme des Castors à Aiseau (B) organise :

·         un week-end spécial “Commémoration bataille de la Sambre » avec nuitée et petit déjeuner à la Ferme des Castors ;

·         Une randonnée sur une partie du circuit « parcours mémoriel 14-18 » ;

·         Un stage pour les enfants de 6 à 14 ans la semaine du lundi 22 août au vendredi 26 août.

Castors_01.jpg


Mémorial Day : l’émotion était au rendez-vous.

Le 8 mai est une date importante pour se souvenir de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Beaucoup de familles ont été touchées par ces heures sombres de ce conflit, l'occupation et la libération ont marqués les esprits.

Groupe_Bambois.jpg

A Fosses-la-Ville, sous un soleil généreux, la population a rendu hommage à nos combattants et aux libérateurs.

A Sart-St-Laurent.

La journée commémorative a commencé dans le village de Sart-St-Laurent au pied du monument qui rappelle la chute de deux avions alliés dans la région.

IMG_033.jpg

Le 6 mai 1942, un bombardier de la Royal Air Force avec à son bord un équipage de Polonais était touché par la DCA allemande. Le pilote est arrivé à poser l'avion sans casse non loin de l'actuel monument et d'une ferme où logeaient des soldats allemands. Aussi incroyable que cela peut paraître, ils n'ont rien entendu et ont été surpris le matin de voir un avion anglais dans le champ.

Le 29 mai 1944, un avion américain qui avait comme mission de livrer des armes aux résistants belges était touché par un avion de chasse allemand. Avec une aile en feu, l'équipage américain a largué tous les containers et les huit hommes sautèrent. L'aviateur mit le pilote automatique et l'avion s'écrasa à Sart-Saint-Laurent dans un terrain entre la route de Fosses et le chemin agricole de la ferme de Marlagne.

IMG_001.jpg

C'est ainsi que devant le monument, trônent les quatre drapeaux, le polonais, l'anglais, l'américain et le belge. Lors de la cérémonie, les quatre hymnes nationaux ont été joués et les drapeaux levés.

IMG_022.jpg

L’émotion était au rendez-vous. Retrouvez le discours du bourgmestre Gaëtan de Bilderling en cliquant sur le lien : file/De_BILDERLING_Memorial_day.pdf

A Fosses-la-Ville.

IMG_044.jpg

Les Autorités et les participants se sont ensuite rendus à Fosses-la-Ville, à la rue du Chêne, où une stèle rappelle l’ancien cimetière américain. Fosses a en effet accueilli de 1944 à 1948 le plus grand cimetière américain de Belgique. Il contenait 2.199 tombes d’Américains, un carré de 56 tombes de Français, Anglais, Polonais et Tchèques, et plus loin, un cimetière allemand (950 tombes).

IMG_055.jpg

IMG_066.jpg

L'intergénérationnel parmi les porte-drapeaux : le plus jeune, Florent Tahir, 15 ans, au côté du plus ancien, Jean Romain, 90 ans.

A Bambois.

La commémoration de la libération des camps s’est déroulée devant le monument aux Morts de Bambois avec deux dépôts de gerbes au pied de la Croix du Prisonnier par les autorités de la ville et le comité Royal du Souvenir.

IMG_077.jpg

IMG_088.jpg

Jean-François Favresse, échevin en charge des Associations patriotiques rappela l’origine de la Journée américaine du Souvenir. Retrouvez l’entièreté de son discours en cliquant sur l’adresse suivante : file/JF_FAVRESSE_Memorial_Day.pdf

IMG_099.jpg

L'hommage des Anciens : le dépôt de gerbe au pied de la Croix du Prisonnier par Pierre Godenne et Adelin Goffart.

L’ensemble des participants ont ensuite rejoint la nouvelle salle communale des fêtes de Bambois pour partager le verre de l’amitié offert par la ville.

La presse était présente, un reportage de Marc Lievens : 

Memorial_Day_L_Avenir_2016_05_11.jpg

 


Ecriteau indicateur

La_plaque.jpg

A l’initiative du Consulat Général de France à Bruxelles, désormais un écriteau informe les visiteurs  que des Combattants Français reposent dans un cimetière communal.

A Vitrival.

Ce panneau vient d’être placé au cimetière communal de Vitrival, situé sur les hauteurs du village, où se trouve un carré militaire franco-belge. Mains dans la main, 24 soldats français et un belge reposent côte-à-côte, décédés à l’ambulance de la Croix-Rouge installée dès les premiers affrontements de la bataille de la Sambre du mois d’août 1914 dans le bourg.

Entree_Vitrival.jpg

Carre_militaire_Vitrival.jpg

Érigé juste à l’entrée de l’ancien cimetière et visible par tout qui y pénètre, cette pelouse d’honneur surmontée d’une stèle est très bien entretenue par la ville de Fosses-la-Ville.

Retrouvez la liste des soldats inhumés dans le carré militaire de Vitrival en cliquant sur le lien ci-dessous :

file/Liste_Nomin_Carre_Milit_Vitrival.pdf

 

A Roselies.

Ce même panneau a été placé à l’entrée du cimetière de Roselies où se trouve la tombe du capitaine Georges (Louis Xavier Joseph) de BILLY, du 25ème Régiment d’Infanterie. Il a été tué dans la bataille de la Sambre. Cité à l’ordre militaire, c’est un officier d’un grand courage qui le 22 août 1914 a vaillamment entraîné sa compagnie à l’assaut du village de Roselies et est glorieusement tombé à la tête de ses hommes à l’âge de 40 ans.

Il avait exprimé le souhait d’être inhumé dans la localité où le destin des combats l’emporterait. Il repose donc dans le cimetière communal de Roselies (Entité d’Aiseau-Presles), là où l’ennemi l’a fauché. Il est titulaire à titre posthume de la Légion d’Honneur et des Palme de la Croix de Guerre. La commune d’Aiseau-Presles entretient sa sépulture.

Entree_Roselies.jpg

Cyrards_Fleurs_Cpt_De_Billy_1998.jpg

En août 1998, ce sont deux élèves Officiers de l'Ecole de Saint-Cyr qui ont fleuri la tombe du capitaine De Billy.

 


Le Memorial Day à Fosses-la-Ville

Le Memorial Day est le Jour consacré à la Mémoire et au Souvenir de ces soldats américains qui ont donné leur vie pour sauver notre pays.

En présence de la 101è Airborne Friendly, du comité Royal du Souvenir et des Associations patriotiques avec drapeaux, la ville de Fosses-la-Ville commémorera le Memorial Day et l’anniversaire de la Libération des Camps, ce samedi 7 mai 2016 en participant à diverses cérémonies dans les villages de l’entité, dont voici le programme :

Localité

Timing

Développement

Sart-St-Laurent

09 h.50

Rassemblement place de Sart-Saint-Laurent et mise en place du cortège.

 

10 h.00

Hommage aux Aviateurs à Sart-Saint-Laurent, dépôt de fleurs et hymnes.

Fosses-la-Ville

10 h.45

Célébration du Memorial Day, dépôt de fleurs et hymnes à l'ancien cimetière US à Fosses-la-Ville.

Bambois

11 h.30

Dépôt de fleurs à la Croix aux Prisonniers et au Monument aux Morts de Bambois (Anniversaire de la Libération des Camps).

 

12 h.00

Vin d'honneur offert par l'Administration communale en la nouvelle salle communale Saint-Barthélemy, place de Bambois.

La population et le monde associatif sont cordialement invités à s’associer nombreux à ce programme du Souvenir.

Cimetiere_americain_de_Fosses.jpg

 

 


LENS'14-18 - CENTRE D'HISTOIRE GUERRE ET PAIX

Entree_musee_site.jpg

Ouvert depuis le 9 juin 2015, ce centre d’interprétation présente les événements de la Grande Guerre sur le sol du Nord — Pas-de-Calais. Il est situé à Souchez dans le Pas-de-Calais, au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette, principale nécropole française. Ce site fut un enjeu stratégique entre la Belgique et son saillant d’Ypres et la Somme et ses champs de bataille. La commune est anéantie durant les combats d'Artois de 1915 puis reconstruite dans les années 1920.

La ligne de front d’une centaine de kilomètres sur les Flandres françaises et l’Artois a vu tomber près de 580 000 soldats d’une quarantaine de nationalités. Leurs noms sont commémorés sur l’Anneau de la Mémoire : Mémorial International de Notre-Dame-de-Lorette localisé à 1500 mètres et leurs fiches militaires sont consultables sur des tablettes numériques dans l’espace mémoriel du musée Lens’ 14-18.

Au cœur des sites majeurs que sont le cimetière britannique du Cabaret Rouge, le Mémorial Canadien de Vimy, le cimetière allemand de Maison Blanche ainsi que le mémorial international et la nécropole Notre-Dame-de-Lorette, le Centre d’Histoire Guerre et Paix est le passage incontournable de votre pèlerinage et de votre découverte du tourisme de mémoire de la Grande Guerre en Nord Pas de Calais.

Lens14_18_001.jpg

A l’aide de techniques muséographiques contemporaines mettant en scène une collection exceptionnelle de documents iconographiques (cartes, photographies d’archives, films d’époque) et d’objets emblématiques en provenance du monde entier, ce centre d’interprétation international présente l’histoire de la Grande Guerre sur le sol du Nord - Pas-de-Calais. Conçu par l’architecte Pierre-Louis Faloci, le bâtiment se structure autour de cubes de béton noir appelés « chapelles ». L’exposition permet d’appréhender de manière chronologique et thématique les grandes étapes du conflit : la guerre de mouvement et le système des tranchées, les offensives meurtrières et l’occupation du Nord, les offensives de 1918 et la mort au front.

A découvrir...

SOUCHEZ-1200x652.jpg

LENS'14-18 - CENTRE D'HISTOIRE GUERRE ET PAIX

102, rue Pasteur - 62153 SOUCHEZ (Fr)

Du 1er avril au 31 octobre : ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Du 1er novembre au 31 mars : ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h
Ouvert tous les 11 novembre et les lundis de Pentecôte et de Pâques
Fermé en janvier, les 1er mai et 25 décembre.

Entrée libre.

Exposition quadrilingue (français, anglais, allemand, néerlandais). Audioguide : 3 €

Découvrez le musée avec un excellent diaporama sur fond musical signé Luc Pottiez en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=q6ZPJDC8PH0&feature=youtu.be

 

 


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 ] SuivantFin

^ Haut ^