Au signe de l’abstention. Émile Ollivier a tenté en vain de dépersonnaliser les enjeux, soucieux d’envisager le plébiscite en ratification de l’Empire libéral. À la suite de cela, il a fait préparer par une commission un texte, adopté le 14 janvier 1852 : la constitution de 1852. 11 décembre : Exil de Victor Hugo en Belgique. Le 2 décembre 1851, le président de la IIe République, démocratiquement élu en décembre 1848, sempare du pouvoir par un coup dÉtat. Avec 7 400 000 oui contre 650 000 non, il approuve massivement le coup d'État et confère à Louis-Napoléon le pouvoir de rédiger et promulguer une nouvelle Constitution. 17Le plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 demandait aux Français s’ils souhaitaient maintenir leur confiance au chef de l’État et l’autoriser à établir une constitution sur les bases de sa proclamation du 2. Bibliographie Il apparaîtra dans une nouvelle fenêtre, vous pourrez alors l’enregistrer et/ou l’imprimer. La campagne est émaillée d’un déchaînement verbal. Ce socle est énuméré en cinq points : chef d’État responsable, ministres dépendant du pouvoir exécutif, Conseil d’État préparant les lois, Corps législatif discutant et votant les lois, Sénat en pouvoir pondérateur et gardien des libertés publiques. Dès le 20 décembre 1851, le peuple français est consulté par plébiscite, au suffrage universel masculin. Persigny, ministre de l’Intérieur, confirme auprès des préfets, dans une Circulaire sur les élections législatives de 1863, une pratique qui assure des députés dociles : « Afin que la bonne foi des populations ne puisse être trompée par des habiletés de langage ou des professions de foi équivoques, désignez (…) les candidats qui inspirent le plus de confiance au Gouvernement. Soutien renouvelé au souverain ? Ces ovations, jugées en plébiscite par acclamations, sont censées dévoiler la réalité du « sentiment public » par l’expression d’un irrépressible « instinct populaire », selon le juriste Raymond-Théodore Troplong. Le pays l’a tranchée », se félicite le souverain en recevant les résultats. Objet : « Le Peuple français veut le maintien de l'autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. Ainsi, le sénatus-consulte inclut d’emblée le texte à soumettre aux votes, ratifié par plus de huit millions d’électeurs : « Le Peuple français veut le rétablissement de la dignité impériale dans la personne de Louis-Napoléon Bonaparte, avec hérédité dans sa descendance directe, légitime ou adoptive. d’Alain Corbin), publiée en 2013 chez Nouveau Monde Éditions – Fondation Napoléon, sous le titre La monarchie impériale. Mais l’idée napoléonienne impose de placer la mutation de la république décennale à l’Empire sous l’invocation du peuple-souverain. » Le précédent historique est obsédant : même si, au début du siècle, le terme de plébiscite était absent du vocabulaire politique, l’article 95 de la Constitution de l’an VIII (décembre 1799) prévoyait la nécessaire « acceptation du peuple français » afin d’exprimer l’ancrage démocratique du régime consulaire. D’autre part, Napoléon Ier mobilisait des légitimités composites, qui mêlaient au principe démocratique un faisceau de justifications matérielle, dynastique et providentielle propre à l’homme d’exception (Frédéric Bluche). Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000. Le mépris des corps intermédiaires, le contournement du Corps législatif susciteraient une dérive autoritaire dévoyant le vote en instrument de pouvoir personnel, à travers l’exploitation des masses ignorantes. Le plébiscite réussi se décline à travers un résultat unanime, traduction d’un décret populaire qui ne peut se fragmenter : la Nation est indivisible. Rien de fondamental ne se fait en dehors de sa volonté ». Aux origines de la droite autoritaire, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1980. Plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 Vote : les 20 et 21 décembre 1851. Finalement, le scrutin secret est préféré, à l’aide de bulletins manuscrits ou imprimés préparés à l’avance, car l’État ne se charge théoriquement pas de l’impression. Une vertu démocratique qui ne peut s’exprimer cependant pleinement qu’avec l’instruction des électeurs, un biais soulevé par les républicains. Le titre: Constitution du 14 janvier 1852, est suivi de cette adjonction : « Faite en vertu des pouvoirs délégués par le peuple français à Louis-Napoléon Bonaparte par le vote des 20 et 21 décembre 1851. – Estampe « Louis-Napoléon Bonaparte rétablissant le suffrage universel, Le 2 Décembre 1851 » > à consulter et télécharger sur napoleon.org Le contexte répressif, qui suivit le coup d’État (état de siège dans les départements affectés par les insurrections, presse censurée, interdictions des clubs…), rendait suspecte la sincérité des résultats. Esquisse d’historiographie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t.21, janvier-mars 1974, p.18-26. Les Français semblent en avoir eu la prescience puisque les 20 et 21 décembre 1851, dernier épisode du Coup d'État, le plébiscite qu'avait promis Louis-Napoléon lui octroyait les pleins pouvoirs pour dix ans par 7.439.216 oui contre 640.000 non et 36.880 bulletins nuls. Le premier plébiscite a lieu moins de trois semaines après le coup d’État. Jour de la semaine: Le 20. de Décembre 1851 était un Samedi . Pour comprendre ce qui s’est passé le 2 Décembre 1851, il convient de remonter quelque temps en arrière, afin de connaître la situation politique, économique et sociale à ce moment-là. Journée du 3 décembre. La ferveur des foules agglutinées lors des voyages officiels et les actes souscrits en faveur du régime (vœux des communes, pétitions de groupements professionnels, poésies d’éloges, participation à un Te Deum lors d’une victoire militaire, maisons pavoisées à l’annonce de la naissance du Prince impérial…) sont évalués à l’aune d’une ratification. Pour la mémoire des résistances républicaines > à consulter ici, Sources Le texte ne commence plus par « le peuple veut… », mais par « le peuple approuve les réformes libérales, opérées dans la Constitution depuis 1860 par l’Empereur ». / 2 Anniversaires de personnages célèbres, d'acteurs, de célébrités et de stars le 20 Décembre. Le Président avait voulu une énergique répression des troubles des provinces. En dépit d’une forte hésitation de la part de Napoléon III, un plébiscite est organisé le 8 mai 1870, décision politiquement risquée, mais juridiquement incontournable. En effet, le Sénat dispose, depuis le sénatus-consulte de mars 1867, d’un veto suspensif, impliquant la possibilité de renvoyer pour délibération une loi approuvée par le Corps législatif. Insurrection socialiste dans les départements. C’était nier l’émergence d’une culture politique autonome, dont témoigne l’ampleur de la participation qui suggère la satisfaction de saisir ce droit nouveau. Appel au peuple. Daumier signe de quelques traits ce traumatisme, en novembre 1871 : deux femmes (symbolisant la République ? D’ailleurs, l’option du vote secret en décembre 1852 avait entraîné la déception de maires ruraux : « Les paysans étaient enchantés d’avoir à signer pour Louis-Napoléon. – Juliette Glikman, « Consacrer l’Empereur : les plébiscites par acclamation du Second Empire », in L’entre-deux électoral. La France dépouille fiévreusement le scrutin des 20 et 21 décembre sur le plébiscite. Esquisse d’historiographie, La procédure de révision constitutionnelle (1852-1870), Consacrer l’Empereur : les plébiscites par acclamation du Second Empire, Le bulletin nul : une forme de résistance à la normalisation de la vie politique (Paris, 1851-1870). Avec 365 jours 1851 était une année normale et … Sous le Second Empire, le plébiscite est chargé d’exprimer la souveraineté du peuple, en soumettant par voie de suffrages « toute modification aux bases fondamentales de la Constitution » (article 32 du texte constitutionnel). Aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France républicaine, 1870-1889, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982. Ce cours analyse les plébiscites organisés entre 1851 et 1870, du premier qui eut lieu les 20 et 21 décembre 1851, moins de trois semaines après le coup d’État, au dernier organisé le 8 mai 1870, quatre mois avant la chute du régime. Orientation : L’empereur est traité de « voleur, filou, escroc, vieille botte éculée », son gouvernement de « fripons » et son fils de « marmot scrofuleux », selon les souvenirs d’Ollivier. Intitulé : « Le Peuple français veut le maintien de l'autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. Ou était-ce la reconduction du pacte souscrit entre le peuple et la dynastie ? Les élections législatives prolongent, tous les six ans, la pratique plébiscitaire par l’intermédiaire du candidat officiel. Ce socle est énuméré en cinq points : chef d’État responsable, ministres dépendant du pouvoir exécutif, Conseil d’État préparant les lois, Corps législatif discutant et votant les lois, Sénat en pouvoir pondérateur et gardien des libertés publiques. – Frédéric Bluche (dir. La réussite du vote affirmatif doit être la conclusion de « l’expression libre de la volonté nationale ». – Maurice Agulhon, « La résistance au coup d’État en province. Des électeurs, soucieux de renforcer une relation personnelle avec le prince-président, y apposent leur signature ou leur adresse. Il s’agit d’« éclairer » l’électeur, qui pourrait être abusé par les factions issues des régimes déchus. Or, la sanction du peuple serait d’autant plus fiable qu’elle s’exprimerait hors de toute médiation. La presse, les partis, les réunions publiques formeraient autant d’influences subversives animant des « influences clandestines », selon le ministre de l’Intérieur Persigny, en 1852. En cliquant sur Imprimer un document PDF sera créé. La sincérité des ralliements était d’ailleurs admise à regret par George Sand qui, au printemps 1852, confie au patriote italien Mazzini : « On vous a dit que le peuple avait voté sous la pression de la peur, sous l’influence de la calomnie. 3 décembre : un nouveau gouvernement est nommé [19].Le député de l'Ain Alphonse Baudin est tué sur la barricade du faubourg Saint-Antoine [20]. Ainsi, Gabriel Hanotaux jugeait, dans son Histoire de la France contemporaine, publiée au début du XXe siècle, que le plébiscite était « un bloc manié et soulevé par le cric de l’administration ». Il s’agit de rendre le peuple « maître de sa destinée. Les 20 et 21 décembre 1851, 7 467 000 électeurs sur huit millions de votants approuvent la phrase suivante : « Le peuple français veut le maintien de l’autorité de Louis-Napoléon Bonaparte, et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851. – Frédric Bluche, Le Bonapartisme. 25 décembre, Chili : inauguration de la ligne Copiapó-Caldera, première ligne chilienne et du continent sud-américain. Par ailleurs, le sénatus-consulte de septembre 1869 a établi la responsabilité ministérielle, suggérant la dépendance des ministres à l’égard du Corps législatif (Francis Choisel). – Affiche du Comité libéral conservateur, Du Plébiscite de 1870, Bordeaux, A. Perey, 1870 > à consulter et télécharger sur Gallica Les 20 et 21 décembre : plébiscite confirmant le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte (7,5 millions de oui, 1,5 million d’abstentions, 600 000 non). Art. What happened on December 21, 1851. Anniversaires de personnages célèbres, d'acteurs, de célébrités et de stars le 21 Décembre. Tout en sacralisant le peuple souverain, les pères fondateurs placent la République renaissante hors d’atteinte de la procédure électorale. Le 2 janvier, l’empereur confie à Émile Ollivier, républicain rallié, le soin de poursuivre les réformes. Les tournées militaires dans les municipalités rétives (dans l’Yonne, la Nièvre…) visent à susciter un effet d’entraînement. Ainsi, Cham, montre un instituteur tentant vainement de faire épeler OUI et NON à un ahuri en sabots : « Où l’autorité comprend le besoin de l’instruction des masses. Document » Officiellement, Émile Ollivier, l’homme fort du gouvernement, se félicite de la consultation, qui assurerait la meilleure des garanties aux avancées libérales, abritées sous le seing plébiscitaire : « De la sorte, la souveraineté du peuple (…) est toujours vivante et à tout instant peut devenir active. Le scrutin sera ouvert pendant les journées des 20 et 21 décembre, dans le chef-lieu de chaque commune, depuis huit heures du matin jusqu’à quatre heures du soir. PLÉBISCITE DES 20 ET 21 DÉCEMBRE 1851. Les républicains détournent la campagne du NON en procès contre le régime. À la chute de l’Empire, ses adversaires perçoivent dans l’exercice plébiscitaire une menace contre la République. » Entre information et encadrement, des affiches à l’en-tête du ministère de l’Intérieur étaient placardées, le OUI nettement visible. Contribution à l’étude des assises du régime (sous la dir. Avec 365 jours 1851 était une année normale et … « On peut noter un certain parallélisme entre les plébiscites de 1800 et 1851 qui légalisent la conquête du pouvoir, ceux de 1804 et 1852 qui fondent l’empire et enfin les consultations de 1815 et 1870 qui le réforment » (Bernard Ménager). La proclamation du souverain admet cette nécessité, qui aboutit à refonder l’édifice constitutionnel d’une France aussi « impériale » que « démocratique » : « Des changements successifs ont altéré les bases plébiscitaires qui ne pouvaient être modifiées sans un appel à la nation. – Cham, Où l’autorité comprend le besoin de l’instruction des masses, Le Charivari, 2 mai 1870 > à consulter et télécharger sur Gallica L’ampleur des révisions apportées à la Constitution aboutit à un sénatus-consulte, le 20 avril 1870. 4. – Affiche Au peuple français, Paris, Imprimerie nationale, décembre 1851 > à consulter et télécharger sur Gallica Le plébiscite des 20 et 21 décembre 1851 a ratifié le coup d'État, les bases constitutionnelles proposées ainsi que la délégation du pouvoir constituant à Bonaparte. Association 1851. Les meilleures offres pour Médaille France / Napoléon / Election des 20 et 21 décembre 1851 sont sur eBay Comparez les prix et les spécificités des produits neufs et … Il prolonge l’appel au peuple du 2 décembre, par lequel le chef de l’État dénonçait les manœuvres séditieuses de l’Assemblée. Journée du 2 décembre; La mairie de Grenelle. Cest la seconde fois en moins dun siècle quune république née dune révolution succombe de cette manière. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. En effet, l’électeur est facilement intimidé par la gravité de la mise en scène, alors que le maniement du bulletin met en œuvre une démarche susceptible d’impressionner les populations illettrées. Sous le Second Empire, le plébiscite est chargé d’exprimer la souveraineté du peuple, en soumettant par voie de suffrages « toute modification aux bases fondamentales de la Constitution » (article 32 du texte constitutionnel). – Julien Ebersold, « La cession de la Savoie et de Nice à la France », avril 2018 > à consulter sur RetroNews (pour abonnés), Site internet – Vincent Huet, « Le bulletin nul : une forme de résistance à la normalisation de la vie politique (Paris, 1851-1870) », Amnis, 2010/9. Conformément à son appel au peuple [80], Louis-Napoléon rétablit le suffrage universel masculin et convoque les Français, les 20 et 21 décembre 1851, « 10 jours seulement après l'élimination des derniers nids de résistance » [80], afin de se prononcer par plébiscite sur les réformes du « prince-président ». Au cours de cette décennie, le régime s’est libéralisé, au risque de multiplier les entorses au pacte constitutionnel. L’adhésion doit être éclatante, afin d’affirmer la perpétuation des liens dynastiques noués au début du siècle. Le 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte fait son coup d’État. Plébiscite ratifiant le coup d'État du 2 décembre 1851. Conformément à son appel au peuple [83], Louis-Napoléon rétablit le suffrage universel masculin et convoque les Français, les 20 et 21 décembre 1851, « 10 jours seulement après l'élimination des derniers nids de résistance » [83], afin de se prononcer par plébiscite sur les réformes du « prince-président ». – Patrick Lagouyete, Le Coup d’État du 2 décembre 1851, Paris, CNRS Éditions, 2016. Le plébiscite est « la ressource suprême des mauvais jours, le dernier moyen de salut », confie Napoléon III en 1869. Tout au contraire, les républicains jugent que l’alternative proposée entre « oui » et « non » biaise la consultation. Les personnes nées le 21/12/1851 auront 169 ans cette année (2020), exactement dans 37 jours . proclamés le 21 décembre 1851 . L’approbation plébiscitaire vise à valider l’ordre, en réprouvant une jacquerie qui aurait menacé la société de dislocation (le « spectre rouge de 1852 » agité par l’ancien préfet Romieu). Le texte soumis aux électeurs: “ le peuple français veut le maintien de l’autorité de Louis-Napoléon Bonaparte et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une constitution sur les bases proposées dans sa proclamation du 2 décembre 1851… » À l’exception des plébiscites organisés localement lors du rattachement de la Savoie et de Nice en avril 1860, au nom du principe des nationalités, il s’agit du seul plébiscite réalisé sous le Second Empire. Carte n° 3 : Plébiscite des 20 et 21 novembre 1852 approuvant le rétablissement de l’Empire. » (Vincent Huet). Il s’agit de ratifier le renversement de la légalité constitutionnelle, marquée par des résistances populaires à Paris (barricades du faubourg Saint-Antoine, fusillade sur les boulevards) et en province (troubles dans la Nièvre, l’Allier, le Cher, le Loiret, le Lot-et-Garonne…). Présentation  de l’exposition Qu’il s’agisse de la masse du bâtiment dans l’espace urbain, du décor de ses façades et du rythme des baies, du plan, de la distribution intérieure, les…. Sous le Second Empire, le plébiscite est chargé d’exprimer la souveraineté du peuple, en soumettant par voie de suffrages « toute modification aux bases fondamentales de la Constitution ». De quoi nourrir vos convictions personnelles avec la référence Le Coup D Etat Du 2 Decembre 1851 si la seconde main fait partie intégrante de vos habitudes d'achat. Département de la Sarthe. La consultation piège les libéraux, contraints de voter OUI dans le cadre d’une procédure qui sape l’influence parlementaire. Les 20 et 21 décembre : plébiscite confirmant le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte (7,5 millions de oui, 1,5 million d’abstentions, 600 000 non). En octobre 1852, le conseil municipal de Roquefort (Landes) avoue la crainte d’un décalage entre la sincérité des ralliements et leur difficile transmission par l’entremise de l’écrit : « Le 10 décembre 1848, les hommes illettrés, pour ne pas être trompés par les bulletins qu’on leur remettait, avaient compté qu’il fallait vingt-deux lettres pour ceux qui portaient votre nom. » [1]. Le régime adopte une tonalité semi-parlementaire, sans renoncer au gouvernement personnel. » S’abstenir, tempête le préfet du Morbihan, c’est « voter honteusement pour le drapeau rouge et les barricades ». 25 décembre, Chili : inauguration de la ligne Copiapó-Caldera, première ligne chilienne et du continent sud-américain. Le 21 décembre 1851 les électeurs répètent leur confiance à plus de 90% des suffrages exprimés, le 2 décembre 1852, Napoléon III est sacré Empereur. 20 et 21 décembre 1851 Plébiscite totalitaire pour Louis-Napoléon Bonaparte jeudi 24 décembre 2020. La presse bonapartiste (Le Pays, Le Peuple français…) s’indignait des atteintes répétées à l’encontre de l’œuvre constitutionnelle validée par plébiscite, qui était sapée à coups de sénatus-consultes adoptés par des sénateurs nommés par l’empereur. Vous pouvez librement télécharger le logiciel Acrobat Reader en suivant ce lien.

Introduction Sur La Poésie Engagée, Mod Minecraft Mcmmo, Restaurant Asiatique Rezé, Savon Solide Parfumé, Lucky Dube Traduction, Recette De Pain Maison Sans Machine,